Pourquoi Internet est cher au Cameroun



L'Alliance pour un Internet moins cher (Alliance for Affordable Internet), regroupe des Etats, des entreprises du secteur des télécommunications et des organisations internationales. Son objectif est de promouvoir la réduction des coûts d'accès à Internet dans les pays en développement. Internet Sans Frontières est membre de l'Alliance, et a co-rédigé le rapport sur les raisons des coûts excessifs d'Internet au Cameroun.



L'Alliance pour un Internet moins cher (Alliance for Affordable Internet - A4AI), regroupe plus de 50 Etats, entreprises du secteur des télécommunications et organisations internationales. Son objectif est de promouvoir la réduction des coûts d'accès à Internet dans les pays en développement. Internet Sans Frontières est membre de l'Alliance depuis novembre 2013, et a co-rédigé le rapport sur les raisons des coûts excessifs d'Internet au Cameroun  (en anglais).

Le coût de l'accès à Internet est un élément d'appréciation de l'égalité de ceux qui utilisent cet outil de communication. Un coût prohibitif au regard du salaire moyen dans un pays cause donc une inégalité dans l'accès à une ressource, l'information, essentielle pour le développement des nations aujourd'hui.

La situation au Cameroun interpelle : selon le rapport publié par l'A4AI, un camerounais consacre 60 % de son salaire moyen pour une connexion internet à domicile d'entrée de gamme (192 kbps). L'Union Internationale des Télécommunications, dans son rapport "Measuring the Information Society" classait le Cameroun 152è pays sur 169 en ce qui concerne le prix de l'Internet haut débit fixe. 

Les raisons de ces prix excessifs sont multiples, complexes et interconnectées. Il faut notamment citer la position monopolistique de l'opérateur historique, Cameroon Telecommunications, dans la gestion de l'accès à l'unique câble sous marin qui relie actuellement le Cameroun à Internet. Cette position a une conséquence importante pour le coût de l'accès à Internet. En effet le rapport explique :

« Operators are currently charged US$2,100 to access the international gateway, the average cost of a STM1 ½ circuit is $64,000 and the monthly lease price for a STM1 ½ circuit departing from Cameroon can cost around $1,600,000. In 2012, for example, the monthly lease price for a STM1 ½ circuit from Douala to Dakar, Senegal (3,200 km) was $51/month/km, i.e. $163,200/month. By comparison, the monthly lease for a STM1 ½ circuit from London to Moscow, which has a comparable distance of around 2,500 km, in 2012 cost $2.30/month/km, i.e. $5,761/month. ISPs, in turn, have passed the bulk of these costs on to Cameroonian consumers.

Les opérateurs sont actuellement facturés 2,100 US $ pour accéder à la passerelle internationale, le coût moyen d'un circuit STM1 ½ circuit est $ 64 000  et le prix de location mensuel pour un STM1 ½ circuit au départ du Cameroun peut coûter autour de $ 1,600,000. En 2012, par exemple, le prix de location mensuel pour un circuit STM1 ½ de Douala à Dakar, Sénégal (3200 km) était 51$/mois/km, soit $163,200/mois. En comparaison, la location mensuelle d'un circuit  STM1 ½ de Londres à Moscou, qui se trouvent à une distance comparable de 2500 km, en 2012 était de 2.30$/mois/km, soit 5,761$/mois. Les Fournisseurs d'Accès à Internet (FAI), à sleur tour, ont reporté la majeure partie de ces coûts sur les consommateurs camerounais »

Autre frein important à la baisse des coûts d'accès à Internet : le Cameroun n'est toujours pas pourvu d'un point d'échange IXP, une infrastructure pourtant reconnue pour son impact sur le coût de la connexion à Internet pour les utilisateurs (voir l'exemple du Kenya  (lien en anglais)). En discussion depuis 2008, Le Ministère des Postes et Télécommunications a finalement annoncé en décembre 2013 la mise en place d'une association chargée de la mise en place de cette infrastructure.

Mauvaise gestion du Fonds special télécommunications, sensé financer des projets visant à assurer un service universel des télécommunications à tout camerounais, protection du consommateur balbutiante, un régulateur du secteur parfois dépassé sont d'autres facteurs qui maintiennent selon le rapport le coût d'accès à Internet à un niveau élevé.



Mercredi 6 Août 2014
Julie Owono
Head of Africa Desk @ Internet Sans Frontières En savoir plus sur cet auteur






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.