Maroc : Pour la libération du journaliste d'investigation Hicham Mansouri



Depuis plusieurs semaines, ONG et associations se mobilisent pour soutenir Hicham Mansouri, un journaliste marocain dont le procès en appel aura lieu le 28 avril 2015. Internet sans frontières lui apporte tout son soutien, en rappelant le climat difficile qui règne aujourd’hui au Maroc pour la liberté de la presse et la liberté d'expression.



Internet sans frontières dénonce un nouveau cas de violation des droits humains et de la liberté d'expression. Monsieur Hicham Mansouri, membre de l’Association marocaine pour le journalisme d’investigation (AMJI), a été arrêté le 17 mars dernier à son domicile. Son procès a eu lieu le 30 mars et aurait été marqué par plusieurs irrégularités selon ses avocats. Il a été condamné à 10 mois de prison ferme et 40 000 dirhams d’amende (3760 euros). Une nouvelle audience se tiendra le 28 avril 2015 à la Cour d’Appel de Rabbat, après un report obtenu par le réseau Avocats sans frontières.
 
Selon plusieurs sources, Hicham Mansouri menait depuis quelques mois une enquête sur la surveillance exercée par l'Etat marocain sur l'activité en ligne de certains militants politiques du pays. Il a été arrêté chez lui en présence d'une jeune femme en instance de divorce. Conformément à la loi en vigueur au Maroc, il a donc été accusé "d'adultère et de mise en place d'un local de prostitution". Placé dans un premier temps dans une cellule de 41 personnes, il a entamé une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention et a finalement été déplacé ces jours-ci dans une cellule de 8 personnes, où il peut dormir et prendre une douche.

Plusieurs structures internationales et locales ont demandé sa « libération immédiate et sans conditions » : Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Reporters sans frontières (RSF), Front Line Defenders, Association marocaine des droits humains (AMDH), Ligue marocaine de défense des droits de l’Homme (LMDDH), Syndicat national de la presse marocaine, etc.

Internet sans frontières s’interroge sur l’arrestation d’un individu appartenant à une structure de défense du journalisme d’investigation (AMJI), dans un pays où la répression des journalistes indépendants a été durcie ces derniers mois. Les services de renseignement du gouvernement ont pourtant été sévèrement mis en cause par la communauté internationale ces dernières années. En février 2014, le Maroc avait rompu une partie de ses relations diplomatiques avec la France pour protester contre l’interpellation à Paris du patron des services de renseignement, Abdellatif Hammouchi, accusé de torture systématique par l’Action des chrétiens pour l'abolition de la torture. Plus récemment, deux journalistes français se sont vus refuser l’accès à l’AMJI et à d’autres associations.
 

Ce raidissement vis-à-vis des journalistes contraste avec le climat de coopération qui prévaut dans d’autres domaines. Outre la coopération judiciaire relancée le 15 janvier  2015, c’est dans le domaine des télécommunications et de la surveillance que l’amitié franco-marocaine semble avoir retrouvé toute sa vigueur. A la suite des attentats de Paris en janvier 2015, les gouvernements des deux pays se sont rapprochés pour renforcer les relations entre leurs services de renseignement contre le terrorisme et mettre en place des échanges sur le plan technique. Un rapprochement scellé par la dernière visite à l’Elysée du roi du Maroc, Mohammed VI, en février 2015.

Par ailleurs, l’entreprise française Orange prendra sous peu le contrôle de Méditel, deuxième opérateur de téléphonie du pays, alors qu’elle détient déjà 40% du capital depuis décembre 2010. Selon certains blogs marocains, cette opération fait craindre un renforcement des structures de surveillance de l’Internet dans toute la région occidentale du Sahel. 
A l’heure où la France connaît un débat historique sur les services de renseignement, notamment à propos de l’impunité des agents intervenant en dehors du territoire national, il est urgent de rester vigilants en soutenant Hicham Mansouri dans son combat, en demandant que toute la lumière soit faite sur les conditions de son arrestation comme sur ses motifs.


Internet Sans Frontières

 


Lundi 27 Avril 2015






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.