Internet sans Frontières écrit à Michèle Alliot-Marie pour lui demander de rouvrir la conférence "Internet et liberté d'expression"





Internet sans Frontières écrit à Michèle Alliot-Marie pour lui demander de rouvrir la conférence "Internet et liberté d'expression"
Nous venons d'adresser aujourd'hui une lettre à Michèle Alliot-Marie, Ministre des Affaires Étrangères, pour lui demander de reprendre l'organisation de la conférence internationale sur la liberté d'expression sur Internet lancé par son prédécesseur.

Voici le texte intégral du courrier que nous lui avons adressé :

Madame la Ministre,

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter, en mon nom personnel comme au nom des membres de l’association Internet sans Frontières, mes meilleurs vœux pour l’année 2011. 

Le 8 juillet dernier, votre prédécesseur co-présidait à Paris avec son homologue néerlandais une conférence sur le thème de la liberté d’expression sur Internet. Cette journée devait mobiliser une soixantaine de délégués de gouvernements, d’entreprises, d’universités et d’ONG, parmi lesquelles l’association Internet sans Frontières que j’ai l’honneur de présider et dont l’objet est précisément de travailler à la promotion de la liberté d’expression sur Internet.

A l’issue de cette première journée, les participants ont pris la décision de poursuivre leurs travaux et une réunion interministérielle a été programmée en octobre. Initialement prévue le 15 octobre, puis décalée au 29 octobre, la conférence a finalement été repoussée à une date ultérieure sans plus d’information.

L’objet de mon courrier est de vous demander de donner suite à cette initiative en organisant dans les prochaines semaines une conférence interministérielle pour approfondir les points soulevés par la première réunion du 8 juillet 2010.

Vous n’êtes pas sans savoir que la liberté d’expression sur Internet est un enjeu démocratique majeur qui, en raison de l’universalité du net, ne peut se traiter qu’au niveau international, avec la participation active et motrice des diplomaties modernes. 

Votre homologue Hillary Clinton, dans un discours prononcé le 21 janvier 2010, a jeté les bases d’une ambition particulièrement intéressante sur le sujet.

“Aujourd'hui et à plein d'égards, l'information n'a jamais été aussi libre. Il existe davantage de possibilités de répandre plus d'idées à plus de gens qu'à aucun autre moment de notre histoire. Et même dans les pays totalitaires, les réseaux d'information aident les gens à découvrir de nouveaux éléments qui rendent leurs gouvernants plus responsables. (...)

Mais ces outils sont également exploités contre le progrès humain et les droits de l'Homme. De la même manière que l'acier peut être utilisé pour construire des hôpitaux ou des mitraillettes, ou l'énergie nucléaire qui peut fournir en électricité une ville ou la détruire, les réseaux modernes d'information et les technologies qu'elles supportent peuvent être utilisées pour le bien ou pour le mal. Les mêmes réseaux qui viennent en aide aux mouvements humains qui se battent pour la liberté permettent également à Al-Quaïda de déverser sa haine et appeler à la violence contre des innocents. Et les technologies qui ont le potentiel de libérer l'accès aux gouvernements peuvent aussi être piratées par les gouvernements pour anéantir la dissidence et porter atteinte aux droits de l'Homme. (...)

Nous sommes pour un grand réseau Internet où toute l'humanité aurait un accès égal à la connaissance et aux idées. Et nous reconnaissons que l'information du monde sera ce que nous et d'autres en ferons. Or ce défi est peut-être nouveau mais il est de notre responsabilité d'aider au libre échange des idées, dans l'esprit des origines de nos institutions.”

La France ne peut pas ignorer la portée de ces mots et je voudrais respectueusement attirer votre attention afin que vous puissiez porter la voix de la France auprès des partenaires qui, comme nous, sont déterminés à faire avancer ces questions. 

Le chantier tout juste démarré par votre prédécesseur mérite d’être continué et l’association Internet sans frontières vous prie de bien vouloir donner à ce cycle de conférences une suite à la hauteur de l’enjeu.

Dans l’attente de vous lire, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, en l’expression de nos sentiments les plus respectueux.



Mardi 4 Janvier 2011





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.