En Tunisie, Ammar passe à l'attaque



Habib Ammar, ancien ministre de l'Intérieur et des Communications tunisien, a laissé son nom à un personnage sans visage : la censure. Qui, en ce début 2011, s'attaque aux réseaux sociaux.



En Tunisie, Ammar passe à l'attaque
"Ammar les ciseaux" s'était déjà manifesté à plusieurs reprises durant l'année 2010, en particulier à l'occasion des élections municipales de mai, au cours desquelles de nombreux sites (blogs, médias nationaux, plate-formes vidéos...) avaient été mis hors service.

Le web est en effet devenu, pour les opposants au régime de Ben Ali, un terrain d'expression privilégié (voir l'article de GlobalVoices sur le sujet). Le gouvernement en a pris bien conscience et sort l'artillerie lourde en ce début d'année.

Ainsi, hier, plusieurs blogs, comptes mails et profils de réseaux sociaux de cyber-dissidents tunisiens auraient tout simplement été supprimés (hackés) par le Gouvernement. Une action qui vient conforter la Tunisie dans sa 164è place du classement du World Press Freedom Index.

Dans un tel contexte, il est d'autant plus important de rappeler que Facebook est devenu, selon le service de mesure d'audience Alexa, le site le plus populaire en Tunisie devant Google.

A lire aussi sur le sujet : le billet du blog Nawaat, "Tunisie : Campagne de piratage des comptes Facebook par la police tunisienne (?)"

Image : Ammar404



Mardi 4 Janvier 2011
Rédacteur et membre Internet Sans Frontières En savoir plus sur cet auteur





Vos commentaires

1.Posté par Momo-B le 04/01/2011 14:11
Hacker = être ingénieux dans le code.
A moins que vous ne vouliez nous signifier que le gouvernement a été très ingénieux en bloquant tout ces comptes, il serait peut-être éclairé de retirer le terme "hacker", de plus entre parenthèses.

2.Posté par Thibault Souchet le 06/01/2011 20:08
Etre ingénieux dans le code = être bidouilleur dans le code.
Dans ce contexte, il n'y pas de jugement de bien ou mal, non ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.