"Cap sur Internet libre 2014" pour mieux comprendre la surveillance de masse





Internet Sans Frontières se mobilise ce 11 février 2014 aux côtés de plus de 300 organisations et des milliers d'internautes dans le monde pour une journée d'action contre la surveillance de masse

Nous publions à cette occasion un livre numérique, en accès et sous licence libre.
Intitulé,  "Cap sur Internet Libre : petit manifeste citoyen contre la surveillance de masse en France"cet e-book a pour objectif de décrire les dangers de la société de surveillance de masse et de circonscrire son établissement en France, après la promulgation en décembre 2013  de la loi de programmation militaire, et de son dangereux article 20. L’instauration de la surveillance de masse induite par ce texte législatif implique l’appropriation des données et informations personnelles des citoyens français sans leur consentement. Fournir une critique à la société de surveillance sans proposer une alternative apparait être un parti pris inefficace. Ce livre numérique est une aide pour mieux comprendre les enjeux liés à la propriété et la protection des données personnelles dans nos sociétés contemporaines, et la société française en particulier. Enfin, il dévoile comment Internet échappe au contrôle démocratique en France  et donne des pistes aux citoyens pour se réapproprier leurs droits sur leurs données personnelles et refuser la société de surveillance de masse.

Télécharger le livre éléctronique "Cap Sur Internet Libre 2014"

cap_sur_internet_libre___manifeste_citoyen_contre_la_surveillance_de_masse__1_.pdf Télécharger Cap Sur Internet Libre - Petit Manifeste / fichier pdf, Accrobat Reader  (990 Ko)
cap_sur_internet_libre___petit_manifeste__stephanie_lamy,_julie_owono.mobi Télécharger Cap Sur Internet Libre - Petit Manifeste / fichier mobi, Kinddle Amazon  (967.28 Ko)
cap_sur_internet_libre___petit_manifeste_.epub Télécharger Cap Sur Internet Libre - Petit Manifeste / fichier epub  (1014.65 Ko)


Les raisons de la mobilisation globale contre la surveillance de masse

Bandeau La Journée de la Riposte, par Alec Perkins via Wikimedia Commons, (CC BY-4.0)
Bandeau La Journée de la Riposte, par Alec Perkins via Wikimedia Commons, (CC BY-4.0)
Les révélations en juin 2013 d'Edward Snowden, ancien consultant de l'agence de renseignement américaine NSA, sur les pratiques de surveillance globale de cette dernière, ont suscité l'émoi international :  l'activité et la vie numérique de millions de citoyens, de militants de la société civile, d'entreprises, de chefs d'Etat ont été espionnées, sans le moindre contrôle. Cet espionnage tous azimuts rappelle les pratiques de régimes autoritaires qui sacrifient sans sourciller les libertés individuelles sur l'autel de la sécurité, et a été source de tensions diplomatiques entre le USA et certains Etats comme le Brésil. On se souvient  que lors de son discours à l'Assemblée Générale des Nations Unies   en septembre 2013, la présidente de ce grand Etat d'Amérique latine avait lancé un appel en faveur d'une protection quasi inconditionnelle des libertés des citoyens dans le monde numérique. Quelques mois plus tard, en décembre 2013, l'Assemblée Générale des Nations Unies adoptait une résolution   consacrant le "droit à la vie privée à l'ère du numérique". Pourtant, en France, c'est une marche à contre-courant qui est en cours.

La loi française de programmation militaire, une marche à contre-courant du droit à la vie privée

La Loi de Programmation Militaire a été promulguée, dans le nuit du 18 au 19 décembre 2013, malgré une forte mobilisation en faveur d’un contrôle de constitutionnalité a priori au sujet de ses articles 20 et 21, et après que les parlementaires ont refusé d’entendre l’appel de plus de 100 000 citoyens, signataires d’une pétition   requérant de leur part une saisine du Conseil Constitutionnel. Pour rappel, l’article 20 octroie à la Place Beauvau, au ministère de l’Economie et du Budget, en plus de celui de la Défense, des pouvoirs d’intrusion disproportionnés et non contrôlés par un juge dans la vie privée numérique des citoyens, au nom d’intérêts sécuritaires imprécis     


Loin d'avoir découragé les citoyens, l'introduction de cette disposition hautement liberticide dans le corpus juridique français n'a fait que renforcer la détermination à empêcher la transformation de l'espace de libertés qu'est Internet en un lieu où le régime d'exception et la présomption de culpabilité deviennent la règle.

Vous aussi, participez à la journée de riposte contre la surveillance de masse

1. Téléchargez plus haut et partagez sans modération le manifeste citoyen contre la surveillance masse en France.

2. Des actions sont en cours dans plusieurs pays. Vous en retrouverez quelques unes sur le site de la mobilisation

3. Tout internaute est également invité à utiliser les ressources mises à disposition  pour l'occasion : images, bannières pour site internet, communiqués.



Mardi 11 Février 2014






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.