Attention, ce téléphone portable s'auto-détruira dans 5 secondes



Le "Panic-Button" est le dernier gadget financé par le département d'État américain dans son oeuvre de soutien aux activistes pro-démocratie à travers le monde. Il sert à effacer toutes les données contenues dans un téléphone portable en cas d'arrestation ou de saisie du téléphone par des forces policières. Les activistes pro-changement des régimes totalitaires ressemblant de plus en plus au héros des romans de Ian Fleming, le Walther PPK en moins.



Apprendre de l'expérience des égyptiens, surtout ceux qui pendant ces semaines de janvier à février 2011 réussirent à occuper la place Tahrir en improvisant parfois des cellules de communication ou de coordination de leur mouvement en s'appuyant sur leurs téléphones portables. Depuis novembre 2008, la nouvelle administration aux affaires étrangères des États-Unis a dépensé 50 millions de dollars environ pour renforcer les capacités technologiques et les outils des activistes en finançant à la fois des activistes et des entreprises à but non lucratif de la Silicon Valley qui produisent des technologies en soutien à ces groupes.
(02/02/2011) Le Caire - Des égyptiens rechargent leurs téléphones portables sur la place Tahrir (Crédit Photo: Samir Eshra)
(02/02/2011) Le Caire - Des égyptiens rechargent leurs téléphones portables sur la place Tahrir (Crédit Photo: Samir Eshra)

Cette nouvelle application développée par Benetech a deux finalités. La première est la collection de données sensibles relatives aux violations des droits de l'homme sur un disque dur situé à distance dans la cybersphère et accessible avec une clef chiffrée. La seconde est la protection du réseau des personnes physiques qui entourent l'utilisateur du téléphone portable lorsqu'il est saisi par des autorités, en premier lieu le répertoire d'appel du téléphone cellulaire.

Le "Panic Button" servirait donc à la fois à la protection des données conservées sur le disque dur de l'activiste ainsi qu'à celles conservées sur son téléphone portable. Le système est surtout utile lorsque des forces gouvernementales pénètrent sans prévenir au domicile d'un activiste et qu'il n'a que quelques secondes pour détruire les preuves de son action anti-gouvernementale.

Plus important encore, toutes les données capturées par l'activiste (emprisonnement, torture, corruption, etc) peuvent être stockées en toute sécurité sur un serveur distant après avoir été effacées de l'appareil par le système. Le but premier de ce stockage est la possibilité d'utilisation des preuves matérielles pour une éventuelle instruction des poursuites plus tard par les juridictions pénales internationales.

La conservation des données "en cloud" comme moyen d'instruction pénale: le programme Martus de Benetech


Le "Panic Button" est une partie du programme Martus, développé par Benetech. Il permet de stocker des informations relatives à des exactions sur des lieux de conflit.
Les bases de données distantes s'ouvrent de plus en plus aux activistes des droits humains. Eric Stover, chercheur à l'Human Rights Center de l'université de Berkeley, l'expliquait récemment à la chaîne de télévision américaine PBS:

« Si en Libye des organisations de défense des droits de l'homme ont opéré un travail de documentation sur chacune des allégations de massacres, elles pourraient par exemple être en mesure d'interroger des témoins (...) pour connaître la part d'exactions de la police ou des unités militaires. Ensuite on peut utiliser une carte et fixer les lieux des exactions en cherchant les coïncidances avec le déplacement des troupes. La somme de ces données constitueraient des moyens d'instruction nouveaux devant la Cour pénale internationale.»

Néanmoins, ces nouvelles technologies posent un problème relatif à leur usage dans un cadre criminel. En matière de cybercriminalité par exemple ou de pédopornographie organisée. La mise en oeuvre de ces nouveaux moyens de promotion des libertés politiques pourraient également servir à masquer des crimes à des autorités légitimes.


Dimanche 27 Mars 2011





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pour aller plus loin | L'association | Libertés | Education | Point de vue | Mobilisation | Démocratie | Médias | Rencontre | logiciel libre | Formations

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.